Panier

Cultiver le chaos pour encourager l’innovation

Par Joséphine Py

Illustration : Julie Guillem 

Alors que notre monde contemporain vit une période d’instabilité sans précédent, je me suis interrogée sur la place que nous accordons au chaos afin, d’abord à titre personnel, de pouvoir appréhender cette situation de manière plus sereine, mais aussi afin que celle-ci puisse servir à repenser et à construire ce qu’on appelle communément « le monde d’après ».

Dans cet article, je vous livre des outils pour vous permettre d’interroger la situation que nous vivons, ainsi que des méthodes pour en tirer parti au mieux. Loin de moi l’idée de dire que la crise sanitaire du Covid-19 a des ressorts positifs, mais la question est plutôt de savoir : face à une situation complexe et que nous ne pouvons contrôler, quelle approche pouvons-nous adopter pour transformer l’incertitude en énergie créatrice ?

J’ai trouvé certaines réponses dans les pratiques de l’intelligence collective et les processus de collaboration, en particulier dans les théories du Chaos, que nous utilisons dans le cadre de notre programme Women Act et l’accompagnement de femmes entrepreneures à impact. En effet, en tant qu’entrepreneur·e, il est essentiel de pouvoir être à l’aise dans le chaos, d’accepter l’incertitude et de lâcher prise pour aller vers l’inconnu. Néanmoins, quelle que soit notre situation, nous avons tous·tes à en apprendre à ce sujet, tant à titre professionnel que personnel. 

Le sentier Chaordique, par la communauté
« Art of Hosting »

 « Art of Hosting » peut se résumer par “l’art d’accueillir des conversations qui comptent”. Il s’agit d’une communauté internationale de facilitateurs·rices, qui propose une certaine vision du leadership, partant de l’individu pour appréhender des systèmes complexes. Au travers de méthodes et de processus, « Art of Hosting » propose d’accorder de l’importance à tous les aspects qui permettent aux individus de travailler et de co-créer ensemble. Plus couramment, il s’agit de favoriser l’intelligence collective pour répondre à des défis complexes, c’est-à-dire de s’intéresser aux interactions humaines pour faire émerger de nouvelles solutions.

Le sentier chaordique (traduction de « Chaordic Path ») est utilisé par la communauté « Art of Hosting » pour nous permettre de déconstruire la vision généralement négative que nous avons du chaos, et à l’apprécier dans ce qu’il peut apporter de créativité et d’innovation.
Alors que nous avons souvent tendance à privilégier l’ordre au chaos, et à ressentir de l’inconfort face à une situation de chaos, le sentier chaordique nous livre les clés pour parvenir à un juste équilibre entre les deux et pour nous permettre d’appréhender des situations complexes et non linéaires.

Art of Hosting, « The chaordic path »

Ce schéma nous montre la relation et la complémentarité qui existe entre un système d’ordre et de chaos. Le chaos représente l’espace mis à notre disposition pour que de nouvelles idées émergent, alors que l’ordre fait plutôt référence à une situation établie. En d’autres termes, le chaos participe à la déstabilisation d’un système avant qu’un nouvel ordre émerge. Dans l’étude des systèmes naturels, les références à ce mécanisme sont nombreuses : une tempête, par exemple, viendra déstabiliser l’environnement dans lequel elle sévit, avant le retour au calme. Cet équilibre dans le déséquilibre peut aussi être extrêmement instructif dans le fonctionnement de groupes, de collectifs et d’organisations.

C’est précisément dans l’oscillation entre l’ordre et le chaos que se situe l’innovation, et la pratique du leadership. Le ou la leader a ainsi pour objectif de créer l’espace suffisant pour permettre l’innovation : il / elle doit avoir suffisamment confiance dans le chaos pour y embarquer des individus. L’équilibre entre les deux est donc à la fois un processus individuel et collectif, afin de pouvoir répondre à des situations complexes.

A l’inverse, entre l’ordre et le contrôle se situe la pratique du management, bien différente de celle du leadership. Si les deux ne sont pas contradictoires, il convient de se poser la question du moment opportun pour faire appel à l’un ou l’autre. Dans certaines situations, l’ordre et le contrôle sont essentiels pour garantir la stabilité, mais ils ne peuvent répondre à tout lorsqu’un besoin de changement et d’évolution est nécessaire.

Poussée à l’extrême, la pratique du contrôle ou à l’inverse le chamos, peuvent engendrer des situations destructrices, dont le résultat sera la rébellion ou l’apathie, empêchant ainsi toute possibilité de renouveau.

Quelques étapes clés pour s’engager dans le sentier chaordique

Vous l’aurez compris, l’équilibre entre l’ordre et le chaos est la clé pour faire émerger l’innovation. Il s’agit d’une danse complexe permettant d’alterner entre les deux sans tomber dans des travers destructeurs. Cet équilibre repose sur la conviction que le.a leader, bien que son rôle soit central dans l’ouverture d’une zone de chaos, ne peut pas tout, seul·e. Le sentier chaordique vise donc à créer les conditions nécessaires pour permettre la co-création et faciliter l’intelligence collective.

1# Identifier les besoins

On ne le dira jamais trop (ndlr notre article sur « l’entrepreneuriat social pour construire l’après»), le plus important n’est pas de trouver une solution mais d’identifier le besoin auquel vous souhaitez répondre. Attention à ne pas vous précipiter sur des solutions, au risque de ne pas laisser suffisamment d’espace aux personnes autour de vous pour s’exprimer et proposer des alternatives !

2# Être aligné.e avec le sens

Le sens est notre « why », c’est ce qui est au cœur de notre raison d’agir et notre motivation au quotidien. Pour embarquer d’autres personnes, il est essentiel de définir en amont quel est le sens qu’on donne à ce qu’on fait, pourquoi est-ce que nous faisons ce que nous faisons.

A ce sujet, j’aime beaucoup la fable du tailleur de pierre : en se baladant dans la Grèce Antique, un homme croise sur son chemin un tailleur de pierre. Intrigué, il s’arrête pour lui demander ce qu’il est en train de faire. « Mon pauvre, je suis malade, j’ai faim, et je n’ai trouvé que ce travail pénible, je casse des cailloux ». Désemparé, l’homme continue son chemin puis rencontre un autre tailleur de pierre, à qui il pose la même question. Le vieil homme lui répond : « je suis casseur de pierre, c’est un travail difficile mais il me permet de nourrir ma femme et mes enfants ». Vous noterez que, dans ce deuxième exemple, le tailleur de pierre voit déjà un intérêt et un but à son action, tandis que le premier n’y voyait que de la contrainte et de l’avilissement. Enfin, notre promeneur continue sa route et tombe sur un troisième tailleur de pierre, qu’il interroge comme les précédents sur ce qu’il est en train de faire. Tout content, le tailleur de pierre lui répond « Moi, Monsieur, je bâtis une cathédrale ! ». Alors que les trois personnages de cette fable exécutent la même tâche, le sens qu’ils y confèrent est très différent, et conditionne leur intérêt pour ce qu’ils sont en train de faire.

3# Fixer les principes inalienables

Avant de vous lancer dans un processus de co-création, assurez-vous que les personnes du groupe soient au même niveau d’information que vous et notamment que les principes soient bien énoncés (par exemple, délimiter l’espace-temps ou la géographie si nécessaire).

Pour en savoir plus sur les étapes clés du sentier chaordique, vous pouvez les consulter via ce lien  : http://chriscorrigan.com/Chaordic%20stepping%20stones.pdf

Autrice : Joséphine PY, Responsable de programme Empow’Her France et Europe

Cet article vous a intéressé et vous souhaitez en savoir plus et échanger avec nous à ce sujet ? Participez à notre webinar, animé par Sylvie Kwayeb-Fagon, coach et facilitatrice en intelligence collective, membre de la communauté Art of Hosting, le mercredi 20 mai prochain à 17h.

Autres ressources pour aller plus loin :

Covid-19 : expéditions suspendues mais la boutique #WomenArePower reste ouverte. Toutes les commandes seront envoyées à la fin du confinement. Prenez soin de vous !
+